LA ROUGE

ET LA NOIRE

74 minutes - France - 2012 

 

D’après un scenario inachevé de Luc Moullet

 

Avec

Jean-Pierre Beauviala, Luc Moullet

Thora Van Male; Julien Anselmino


Avec la participation d’Arielle Dombasle et de Raymond Depardon

 

Image Alexandra Sabathé

Musique & son Géry Petit

SYNOPSIS (fr)

La rouge et la noire, basé sur un scénario inédit de Luc Moullet, dresse un portrait à la fois informé et loufoque d’Aaton et de son PDG, le célèbre inventeur de caméra Jean-Pierre Beauviala, aussi connu pour sa proche collaboration avec Jean-Luc Godard et la Nouvelle Vague.

Dans cette fiction, deux voleuses, Pénéglote et Polylope, sont commanditées pour dérober la Pénélope, la toute dernière caméra Aaton. On suit de près la fabrication d’une forme hybride, de plus en plus surnaturelle,  à travers les logiciels de pointe d’ingénieurs équivoques et l’œil expert d’un PDG interlope. Dans leur enquête, Pénéglote et Polylope parlent un langage imaginaire et enchaînent les actes manqués et les lapsus…

Ce film, le premier sur Aaton, n’est pas seulement le portrait d’un inventeur génial, une fiction sur deux voleuses, mais aussi un essais offrant à découvrir les images d’archives inédites et historiques de Jean-Pierre Beauviala.

 

 

SYNOPSIS (eng)
The Red and The Black, based on an unshot script by Luc Moullet, draws a crazy portrait of the famous inventor of movie cameras Jean-Pierre Beauviala — also distinguished for his close collaboration with Jean-Luc Godard — and his firm Aaton.

In this fiction, two thieves, Peneglote and Polylope are commissioned to steal the Penelope, the latest Aaton camera. We will follow closely, through the advanced software of dubious engineers and the expert eye of a shady managing director, the fabrication of a more and more supernatural hybrid form. In their quest, Peneglote and Polylope speak an imaginary language and accumulate Freudian slips and lapsus…

This movie, the first one about Aaton, is at once a portrait of a genius inventor, a fiction involving two robbers and an essay using unseen historic footage from Beauviala’s archives.

 

 

EXTRAITS